- Advertisement -

Finance islamique: Les principales techniques de financement et d’investissement

Les principales techniques de financement et d’investissement

0

La finance islamique comprend une vaste gamme de produits et de montages financiers, dont les principaux sont les suivants :

  • Mourabaha (vente avec marge bénéficiaire) : le créancier (généralement une banque) achète un actif donné pour le compte d’un client (le débiteur) et par la suite, le revend au débiteur moyennant un (des) paiement(s) (échelonnés ou non sur une période donnée) à un prix convenu à l’avance entre les deux parties. La banque se rémunère par le biais d’une commission (majoration du prix d’achat du bien) fixée au préalable.

 

  • Moudarabah : C’est une opération qui met en relation un investisseur qui fournit le capital (la banque) et un entrepreneur (le client) qui fournit son expertise. Dans cette structure financière, la responsabilité de la gestion de l’activité incombe à l’entrepreneur. Les bénéfices réalisés sont partagés selon une répartition convenue à l’avance après récupération par l’investisseur de son capital et rémunération de frais de gestion pour l’entrepreneur. En cas de perte, c’est l’investisseur qui en assume l’intégralité, l’entrepreneur ne perdant que sa rémunération.

 

  • Moucharakah : l’établissement (la banque) et le client participent conjointement au financement du projet et assument le risque au prorata de leur participation. Les profits ou les pertes sont répartis entre le client et l’établissement selon des modalités déterminées à l’avance par les parties.

 

“La Mourabaha représente globalement près de 60 % des activités financières islamiques dans le monde c’est la plus utilisé , alors que le cumul des deux principaux instruments participatifs (la Moudarabah et la Moucharakah) représente moins de 20 %.”

 

  • Ijara (crédit-bail islamique) : contrat par lequel l’une des parties, une banque par exemple, acquiert des équipements ou des bâtiments et les loue à son client, lequel entre en possession et procède à des remboursements échelonnés tout en disposant d’une option d’achat.

 

  • Istisna’a : ce contrat financier permet à un acheteur de se procurer des biens qu’il se fait livrer à terme à un prix convenu à l’avance et régler graduellement tout au long de la fabrication du bien. Cette structure de financement est essentiellement utilisée dans l’immobilier.

 

  • Sukuk (obligations islamiques) : ils doivent être adossés, soit à des actifs tangibles, soit à l’usufruit d’un actif tangible. La rémunération versée aux souscripteurs de sukuk est fonction de la performance de l’actif sous-jacent et non de l’écoulement du temps.

Réaliser par Markitfinance

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.